Lutte contre la fraude : Un réseau de pirates démantelé

Le commandant de la brigade de recherche de Ouagadougou, l’adjudant-chef major Abdoulaye Sawadogo a animé une conférence de presse, le mercredi 26 août 2020 à Ouagadougou. Objectif, informer l’opinion publique du démantèlement d’un réseau de pirates des réseaux de téléphonie mobile.

L’adjudant-chef-major, Abdoulaye Sawadogo (milieu) faisant le point de l’enquête aux hommes de médias

Selon l’adjudant-chef major, Abdoulaye Sawadogo, commandant la brigade de recherche de Ouagadougou, tout serait parti de plaintes de ORANGE et TELMOB contre des présumés fraudeurs sur leurs réseaux. Et la gendarmerie a ouvert une enquête. Le point de cette enquête a été fait aux hommes et femmes de médias lors d’une conférence de presse. En effet, le 18 août dernier au quartier Dapoya, la gendarmerie a mis la main sur un tenancier de kiosque de Orange money qui fournissait la plupart des transferts d’unité aux malfrats. Et le 19 août T.S, le présumé auteur des faits, de nationalité étrangère, a été interpellé lors de son approvisionnement. « Une perquisition à son domicile au quartier Hamdalaye a permis de saisir du matériel à savoir : un boitier « Sim box » de 127 cartes SIM, 2 machines servant à la captation des différents réseaux de téléphonie, 6 modems de connexion, 2 lots d’antennes fouets, 2 batteries, 7 fils de connexion et un onduleur.

Vue du matériel saisi

Interrogé sur l’origine des appareils, T.S déclare les avoir obtenus auprès de son patron, de nationalité étrangère également, résidant hors du pays », a indiqué l’adjudant-chef major. Comme mode opératoire, les présumés pirates captent et rediffusent le trafic international sous forme de trafic local au niveau de 2 réseaux de téléphonies. Pour mener à bien leurs activités, ils utilisent des cartes SIM qu’ils font recharger par jour à hauteur de 300.000 FCFA d’unités. Ces cartes sont régulièrement introduites dans des SIM box munis chacune d’au moins 500.000 FCFA d’unités. Lorsqu’une puce doit être rechargée, c’est depuis l’étranger qu’elle est détectée. Pour les représentants des téléphonies mobiles, le préjudice subit dû à cette fraude « est évalué par ces derniers entre 70 millions à 80 millions de FCFA par jour, soit 2.400.000.000 de FCFA par mois et par réseau ». Pour finir, l’adjudant-chef major invite les populations particulièrement les gérants de points de dépôts et de transfert à plus de vigilance.

Awa Cécile BANGARE

Odom YANOGO (stagiaires)

Fermer le menu
neque. elementum elit. nec suscipit ut sit