Méningite dans les Hauts-Bassins : Sept cas enregistrés dont un décès

Comme dans d’autres régions du Burkina Faso, celle des Hauts-Bassins enregistre des cas de méningite. A la quatrième semaine de l’année 2023, la région a enregistré sept cas dont un décès.

Les méningites sont une inflammation des méninges constituées de trois membranes protégeant le système nerveux central (cerveau, cervelet, tronc cérébral et moelle épinière). La méningite dite “aiguë” provient d’une infection du liquide céphalorachidien (liquide circulant entre les méninges) par un virus, une bactérie ou beaucoup plus rarement par un champignon ou un parasite. Elle dure moins d’un mois. En ce début d’année 2023, des cas de cette maladie ont été notifiés au Burkina Faso.

Les symptômes de la maladie

De ce qui ressort des symptômes de la maladie, Docteur Issa Konaté, médecin chef du district sanitaire de Dô que nous avons rencontré, nous dira que globalement, « quand l’on parle de la méningite, il faut voir la fièvre qui est l’augmentation de la température corporelle à plus de 38.5 degré C ; des maux de tête appelés céphalées ; la raideur de la nuque généralement chez l’adulte ; ainsi que des  vomissement » … toujours selon lui, « une fois que se signe se présente chez une personnes, elle doit se présenté le plus tôt dans un centre de santé pour un diagnostic qui consiste à analyser macroscopiquement, c’est-à-dire a vue d’œil du liquide céphalorachidien. Si son aspect est trouble, on pense à une méningite. Après, nous allons au laboratoire pour des analyses en vue d’une éventuelle prise en charge ».

Des cas notifiés dans la région des Hauts-Bassins

Selon les dire du Docteur Issa Konaté, « dans la région des Hauts-Bassins, nous avions enregistré à la date de la quatrième semaine de l’année 2023 sept cas de la maladie dont un décès que nous déplorons ». Ce, malgré les mesures préventives qui sont observées. Selon lui, la période-ci est propice à la prolifération de la maladie. « Il faut dire que nous sommes en une période de l’année où la méningite se propage rapidement et nous avons des flambées de la maladie. Et si la période arrive, nous ventilons encore des messages, les méthodes de bonne conduite aux populations. Nous n’avons pas encore atteint le seuil d’alerte, donc il y a un certain nombre de choses que nous faisons pour faire face, notamment informer les populations de la présence de la maladie. Nous préparons les médicaments pour une prise en charge adéquate », a-t-il laissé entendre

Prevention de la maladie

Il vaut mieux prévenir que guérir une maladie dit-on. Dans le cas spécifique de la méningite, cette citation a tout son sens car, même si l’on guérit de la méningite, il y a des chances de se retrouver avec des séquelles. Comme la plupart des maladies, dont le vaccin est disponible, celui-ci demeure le meilleur moyen de prévention. Outre l’invite à la vaccination, Docteur Issa Konaté, invite également les populations à tousser dans les plies du coude, cracher loin des gens et porter le masque comme on le fessait avec le COVID-19. En gros, nous devons observer toujours les mesures d’hygiène comme on le faisait en période de COVID-19.

Aymeric KANI

Ousmane ZANTE/ Stagiaire

 

 

Fermer le menu
mi, tristique leo Donec sem, ut consequat. quis, facilisis risus. nec