Mon premier jour de stage à L’Express du Faso : « Ici, il n’y a pas d’heure fixe pour la descente »

Le lundi 22 août 2022, date inoubliable ! Une date marquant mon premier jour de stage dans une entreprise de presse écrite, L’Express du Faso. Le siège du journal est situé à Bobo-Dioulasso juste derrière le marché de fruits et de légumes du côté Est.

Mercredi 17 août 2022. Il est environ 10 heures lorsque je reçois un message m’informant que ma demande de stage avait été accordée et que je pouvais commencer dès lundi prochain pour une durée de trois mois. Une demande que j’avais déposée quelques semaines plus tôt. Il faut dire que le message coïncidait avec un travail que j’avais débuté sur la promotion des boissons énergétiques. J’avais du mal à me décider, mais après réflexion, j’ai fini par opter pour mon stage en journalisme, car je le trouvais plus bénéfique vu qu’il rentrait dans le cadre de ma formation universitaire. Le jour J, c’est-à-dire le lundi 22 août, déjà à 07h 50mn j’étais dans les locaux de L’Express du Faso.

A l’entrée du bâtiment qui accueille à la fois le service administratif et celui de la rédaction, je rencontre un Monsieur (un journaliste de la maison que je connaitrai plus tard). Après m’être présentée à lui, il me suggère de passer voir la secrétaire. Après les salutations d’usage, elle me fait asseoir dans le salon d’attente en attendant l’arrivée du directeur de publication et me tend un journal, c’était le numéro du jour. A 08h00, presque toute la rédaction au grand complet était réunie. Le journal en main, je me posais mille et une questions.

Pourquoi me l’a-t-on donné alors que je venais juste d’arriver ? Plus tard je me rendrai compte qu’à L’Express du Faso, tendre un journal à un usager dans la salle d’attente est une vieille tradition. Primo, cela permet à l’usager de prendre connaissance des news du jour ; secundo, plus celui-ci est concentré sur le journal il ne voit pas le temps passer. Sauf que dans mon cas, j’avoue que j’avais juste le journal pour la forme car je n’arrivais pas à me concentrer, tant j’étais anxieuse.

Comment va se passer mon premier jour de stage ? Serais-je à la hauteur des attentes ? 08h 5 mn, le Directeur de publication sort de son bureau et se dirige vers la salle de rédaction. Où attendaient les journalistes pour la conférence de rédaction. Elle se tient tous les matins et réunie tous les journalistes de la rédaction. Les absences et les retards ne sont pas permis, au cas échéant il faut avoir des raisons valables. C’est l’occasion pour l’équipe de critiquer le journal du jour, c’est-à-dire déceler les éventuelles fautes et erreurs de saisies. C’est aussi l’occasion de faire des propositions d’articles pour l’édition du lendemain.

Dans la foulée, je suis présentée comme nouvelle stagiaire. Le Directeur de publication m’explique comment les choses se passent. C’est-à-dire les règles à suivre. A L’Express du Faso on ne badine pas non plus avec la ponctualité et le sérieux dans le travail. Parmi toutes les règles, une seule semble avoir attirée plus mon attention. «Ici, il n’y a pas d’heure fixe pour la descente», m’a-t-on dit. Juste parce qu’à la rédaction, l’heure de descente ne dépend que de soi. Une fois la tâche qui t’est confiée a été exécutée, tu peux rentrer.

Fatimata TRAORE/Stagiaire

Fermer le menu
neque. justo Nullam ut Praesent amet,