Ouf ! Que cette année 2020 s’en aille pour toujours !

Le monde entier, y compris les Burkinabè n’oublieront jamais cette année 2020, même s’ils ne veulent plus se rappeler d’elle. Tellement elle a été éprouvante pour tous. Sur le plan sécuritaire, elle est l’année au cours de laquelle les Burkinabè ont connu le plus grand nombre d’attaques terroristes. C’est l’année au cours de laquelle le nombre de déplacés internes a le plus augmenté. C’est malheureusement l’année au cours de laquelle des milliers de Burkinabè ont été menacés par la faim. Cette année 2020 a été l’année au cours de laquelle, la cohésion et le vivre-ensemble ont été sérieusement menacés au Burkina Faso du fait des attaques terroristes. Heureusement que face à tous ces défis sécuritaires et leurs corolaires les Burkinabè sont restés résilients.

L’année 2020, sur le plan sanitaire a également été éprouvante. C’est l’année au cours de laquelle la maladie à coronavirus est apparue et a bouleversé toutes les habitudes connues jusque-là. Des pays entiers ont confiné leurs populations pour les protéger contre cette maladie. Malgré tout, la maladie à coronavirus a fait de nombreuses personnes tuées. En Afrique, même si le nombre de morts n’est pas aussi élevé que dans d’autres continents, il n’en demeure pas moins que le coronavirus a fait des victimes. D’illustres personnalités en sont mortes parmi lesquelles John Jerry Rawlings, l’ancien président ghanéen, Pierre Buyoya, ancien président burundais, Soumaïla Cissé, ancien opposant politique malien, Valérie Giscard d’Estaing, ancien président français, et on en oublie.

Au Burkina Faso, même s’il n’y a pas eu de confinement, des villes ont été mises en quarantaine, un couvre-feu a été instauré, des marchés ont été fermés ; des lieux de culte (églises, temples, mosquées, funérailles) ont été fermés pour protéger les populations contre la maladie. Heureusement que, pendant cette période difficile, les Burkinabè ont su cultiver la solidarité, la fraternité et le partage. Ce qui a permis à de nombreuses familles qui n’avaient plus rien pour se nourrir de le faire pendant quelques temps.

Si l’année 2020 est en train de terminer comme elle a débuté, on aurait voulu qu’effectivement, elle s’en aille très loin, définitivement avec tous ces problèmes qu’elle a créés à l’humanité.

C’est pourquoi, s’il y a deux vœux chers que les Burkinabè devraient se faire, c’est celui de la sécurité (de la paix) et celui de la santé. Pour les autres vœux qui ne sont pas moins importants chacun devra pouvoir les intégrer avec un peu d’efforts personnels.

Si tout le monde souhaite que l’année 2020 finisse avec ses problèmes, il n’en demeure pas moins que 2021 viendra résoudre à notre place certaines difficultés. Ce qui veut dire que nous devons dédoubler les efforts pour nous assurer notre pain quotidien. En faisant face à l’adversité que 2020 nous a imposée. A jamais, certaines habitudes doivent changer. Car plus que jamais, plus rien ne sera comme avant. La nature s’est imposée à l’homme qui devra désormais lui prêter très attention.

Dabaoué Audrianne KANI

Fermer le menu
dolor felis fringilla venenatis, eget pulvinar Donec mattis Lorem Aliquam venenatis