Plan de développement de Bobo : Un besoin de financement de plus de 30 milliards FCFA

Le Plan d’action (2022-2024) de la délégation spéciale com- munale de Bobo-Dioulasso a fait l’objet de discussions les 17 et 18 août dernier lors de la deuxième session ordinaire. Au final, le document a été adopté à l’unanimité des membres de la délégation communale.

Le Plan d’action (2022-2024) de la délégation spéciale communale de Bobo- Dioulasso prend en compte les engagements de la délégation spéciale et ses nouvelles orientations. Il repose sur quatre axes majeurs dont la gouvernance, la sécurité, l’action humanitaire et la cohésion sociale et la réconciliation. Pour mettre en œuvre ce plan de développement, la délégation spéciale doit mobiliser 30 547 022 002 FCFA. Plusieurs secteurs d’activités, notamment les secteurs sociaux de base comme la santé, l’éducation, l’eau et l’assainissement ou encore les infrastructures routières, le foncier, l’agriculture, l’énergie, l’industrie…, sont pris en compte. A titre illustratif, le document mentionne que dans le secteur de la santé au regard des normes prévues (1 médecin pour 7000 habitants) la vile de Sya souffre d’une insuffisance de personnel de soins. A cela s’ajoute des difficultés d’offres infrastructurelles. La commune dispose à ce jour de seulement 8 centres médicaux urbains, 30 CSPS, 38 dépôts MEG publics, 1 Office de santé des travailleurs et deux centres de santé militaires.

Au niveau de l’éducation, la situation est encore criarde. Des salles de classes sous paillotes existent tou- jours dans la commune de Bobo, nécessitant un besoin de réalisations. Le déficit s’est accentué avec l’insécurité. Et sur les 32 216 personnes déplacées internes au 31 mars 2023, on dénombre 7 561 élèves. Soit 4 293 au primaire et 3 268 au post-primaire et secondaire. Pour ainsi dire, que c’est toute une série de réalisations qui doivent être faites dans la commune de Bobo d’ici à 2024.

Pour le président de la délégation spéciale communale, Adama Bidiga, ce Plan d’action constitue un guide, une boussole d’orientation du développement local qui doit être vulgarisé. «Le plan d’action 2022-2024 traduit une vision nouvelle des orientations des autorités communales. Il s’agit d’un développement global parce qu’il prend en compte toutes les aspirations de la population», a-t-il ajouté. Et de conclure que, «la réussite du ce Plan dépend de la capacité de la commune à mobiliser les ressources pour financer son propre développement»

Fermer le menu
leo ante. at id neque. elementum sem, dapibus luctus velit, quis,