Présidentielle 2020 : A Gaoua, Zéph promet un quinquennat « touma-touma »

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu son meeting régional du Sud-ouest le mardi 17 novembre 2020 à la place de la nation de Gaoua. Face aux militants venus du Ioba, de la Bourigouba, du Noumbiel et du Poni, le candidat du parti à la présidentielle, Zéphirin Diabré a fustigé ses adversaires avant d’étaler son programme pour les cinq années à venir s’il est élu au soir du 22 novembre.

Les militants de l’UPC prêts pour la victoire de leur candidat

Des allocutions et prestations d’artistes ont été les temps forts de ce meeting. « En 2014, ce sont des jeunes qui ont dit non à la modification de l’article 37 de la constitution et qui ont mené l’insurrection. Nous avons commis une erreur en choisissant un parti autre que l’UPC. Le nombre de candidats à recruter aux concours directs et professionnels a diminué, l’insécurité est là, l’éducation est mal au point. Faisons l’effort de ne plus commettre la même erreur que celle de 2015 », déclare le représentant des jeunes. Selon leur représentante, les femmes sont fatiguées des corvées d’eau, de la dépendance économique, de la gratuité des soins sans médicaments, de voir des proches tombés sous le coup du terrorisme. « Nous sommes fatiguées de vendre des arachides, du beurre, du soumbala pour payer la scolarité des enfants qui n’ont pas d’emploi. Notre intuition féminine nous dit que c’est Zéphirin Diabré qui peut nous sortir de ce calvaire. Pour cela, il vous faut occuper le fauteuil de Kosyam», lance-t-elle au candidat. Le représentant des chefs coutumiers et traditionnels Clément Pitroipa a rappelé le rôle à jouer par eux avant de déclarer qu’ils sont fidèles à Zéphirin Diabré. Etaient présents les responsables de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) qui soutient la candidature de Zéphirin Diabré. Quant au candidat de l’UPC à la présidentielle, Zéphirin Diabré, déclare qu’«après 5 ans de gestion yada yada, il est temps que l’UPC prenne le pouvoir pour une gestion touma touma. Nous formerons un gouvernement de réconciliation nationale avec la participation des anciens présidents. Nous ferons de notre cheval de bataille la lutte contre la corruption… Le troisième point consiste à la mise en valeur de nos eaux. Pour cela nous prévoyons le curage des principaux fleuves du pays pour booster le secteur agricole ».

Warhanté HIEN

Correspondant à Gaoua

 

Fermer le menu
Aenean risus et, elit. efficitur. dapibus venenatis