Reconduction de Christophe Dabiré : « C’est l’homme idéal pour amorcer ce dernier quinquennat »

Le 05 Janvier dernier, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a  reconduit l’ancien Premier ministre Christophe Dabiré à son poste. La rédaction de l’Express du Faso a, à cet effet rencontré ce 06 janvier 2021 Me Benewendé Stanislas Sankara, président de l’Union pour la renaissance/ Parti Sankariste (UNIR/PS) pour qu’il nous donne son appréciation. Selon lui, le chef de l’Etat a choisi la continuité pour consolider une nouvelle perspective aux Burkinabè.

Le Premier Ministre a été reconduit, votre appréciation?

Permettez-moi d’abord de vous dire merci de m’avoir donné votre tribune pour m’exprimer sur la nomination du Premier ministre Christophe Dabiré. Je voudrais tout d’abord souhaiter mes vœux de bonne et heureuse année 2021, une longue et bonne carrière et bonne chance à L’Express du Faso. Moi je ne peux que féliciter la reconduction du Premier ministre parce que c’est un homme que j’ai côtoyé à l’Assemblée nationale. Il a été ministre pendant longtemps. Si on l’a choisi à un moment comme celui qui doit conduire l’action gouvernementale, je pense que le chef de l’Etat a eu beaucoup d’éléments d’appréciations pour le choix de Christophe Dabiré. Je ne peux que lui souhaiter une bonne chance. Mais, d’ores-et-déjà, je pense que c’est l’homme idéal qu’il fallait pour amorcer ce dernier quinquennat du chef de l’État qui a des engagements très forts. Rappelez-vous que son programme a été bâtit sur 10 axes qui sont des engagements vitaux pour la consolidation de la démocratie dans notre pays, mais également comme un socle pour le développement du Burkina Faso. C’est donc un pari selon moi, qu’il faut réussir pour permettre aux Burkinabè de se réconcilier avec eux-mêmes parce que la réconciliation est une priorité pour le gouvernement ainsi que la question de sécurité et celle de la fronde sociale. Le Premier ministre Christophe Dabiré a eu l’occasion de connaître tous ses dossiers. Loin de moi l’idée de croire à une continuité. Je dirais plutôt une continuité pour consolider une nouvelle perspective aux Burkinabè. De ce point de vu, sa nomination ne m’a pas trop surpris.

Qu’est ce qui peut expliquer tout ce temps si c’était pour reconduire l’ancien Premier ministre ?

Moi je pense que c’est l’épreuve que le Burkina Faso a beaucoup d’Hommes capables et parmi plusieurs on prend toujours le meilleur. Connaissant le chef de l’État, il a toujours besoin de la sérénité, du temps pour réfléchir et surtout d’écoute. Sinon pour moi le facteur temps ne doit pas prêté à polémique. L’essentiel est de satisfaire les aspirations des Burkinabè.

Ne pensez-vous pas qu’il aurait été plus judicieux de nommer un nouveau Premier ministre ?

Ce sont les Burkinabè eux-mêmes qui dictent le Changement. Le chef de l’État a été élu par les Burkinabè. Au premier tour, c’est électorale et de façon souveraine. C’est donc l’expression de la démocratie. Le président de l’Assemblée nationale c’est tout aussi pareille, il mérite donc sa place de par la volonté souveraine du peuple. Maintenant, le Premier ministre est chargé de coordonner l’action gouvernementale. Il apporte son savoir-faire pour atteindre les objectifs. On doit prendre acte et espérer que ces dirigeants puissent satisfaire le peuple.

Me Benewendé Stanislas Sankara, « Je reste toujours disponible a servir le Burkina Faso partout où on aura besoin de moi »

Allez-vous toujours contrôler l’action du gouvernement ou allez-vous, vous faire contrôler ?

Avant tout je suis avocat. Mais ça fait 18 ans que je suis régulièrement élu à l’Assemblée nationale. J’ai assumé les fonctions de 1er vice- président pendant 5 ans sous la 7ème législature. Je crois avoir tout donné à l’Assemblée nationale, quel que soit le poste qui me sera confié. Si je peux vraiment servir mes semblables, ceux qui ont faim et soif de la justice, je serai toujours prêt et disponible. Je veux rester dans cette  dynamique de solidarité nationale.

Awa Cécile BANGARE

Fermer le menu
at Praesent massa dolor. diam sed Praesent dictum quis