Réduction de la vulnérabilité des communautés locales : Le projet EBA FEM visite ses réalisations à Dédougou.

Dans le cadre de sa caravane dans ses zones d’intervention, le projet Adaptation Basée sur les Ecosystèmes (EBA FEM) a visité ses réalisations dans la commune de Dédougou. Cette étape est intervenue le 24 mars dernier. 

Une vue du bas-fond rizicole de 15 hectares

« Faire voir les réalisations du projet Adaptation Basée sur les Ecosystèmes (EBA FEM) par les premiers responsables du ministère de l’environnement, et les partenaires techniques et financiers à savoir, le PNUD, ainsi qu’aux acteurs du développement et aux populations ».  C’est l’objectif de cette caravane initiée par les responsables du projet. Cette activité intervient dans le cadre de la clôture du projet après 5 années de mise en œuvre.

Son objectif, réduire la vulnérabilité des communautés locales au risque additionnel causé par les changements climatiques et renforcer leur résilience en mettant l’accent sur les secteurs de la gestion des ressources naturelles dans le corridor forestier de la Boucle du Mouhoun et du bassin de la mare d’Oursi.

Elles sont environ 350 femmes exploitant la plateforme agro-écologique de Massala

A Massala dans la commune de Dédougou, la caravane a visité la plateforme agro-écologique réalisée par le projet EBA FEM au profit des femmes depuis 2019.  Ce site aménagé sur une superficie de 2 hectares est destiné une production biologique de maraichage pendant la saison sèche. Le site est doté d’un forage d’un débit de l’ordre de 18m cube /h, équipé d’un château. A cela s’ajoute deux adductions d’eau pour les populations.

« Ce jardin a changé les conditions de vie et les pratiques des femmes »

La réalisation de cette plateforme a pour objectif de permettre aux femmes essentiellement, d’avoir des revenus complémentaires. A défaut d’activité pouvant générer des revenus, ces femmes s’adonnaient à la coupe du bois pour le vendre et subvenir à leurs besoins. Selon les responsables du projet EBA FEM, la réalisation de ce site permettra d’une part à ces femmes d’avoir de l’emploi et d’autre part de réduire l’impact sur l’environnement, parce que la coupe abusive du bois va diminuer.

« Les réalisations sur le terrain sont globalement satisfaisantes », dixit Eugène Balima coordonnateur national du projet EBA FEM.

Ce jardin a toutefois changé les conditions de vie et les pratiques des populations notamment les femmes, selon Yité Tianhoun, responsable des femmes. Pour elle, il était difficile d’avoir les condiments, mais, grâce à la réalisation de ce jardin, ces denrées sont à leur portée. Et l’activité permet de faire des revenus pour soutenir leur ménage. Elles sont environ 350 femmes qui exploitent le site.

Sur ce site de Massala, les difficultés sont essentiellement liées d’une part à un sous-dimensionnement de la pompe du forage. Une pompe de 10m cube/h est donc prévue d’être installée pour pallier à cette difficulté. Il y a aussi un problème d’organisation pour la gestion non seulement des ouvrages, mais également l’exploitation du site. A ce niveau les services techniques à savoir, les directions de l’agriculture et de l’eau sont mises à contribution pour permettre la bonne gestion de la plateforme.

L’autre site visité toujours à Massala, est le bas-fond rizicole. Là, c’est une superficie de 15 hectares aménagés pour la production du riz. Confronté à des difficultés liées à des poches de sécheresse la saison dernière, la coopérative composée de 95 producteurs, n’a donc pas pu avoir le revenu attendu. Les producteurs bénéficient de l’accompagnement des services techniques à travers les bonnes pratiques culturales comme l’utilisation de la fumure organique et le traitement phytosanitaire afin de leur permettre de faire une bonne et une production durable.

Les réalisations sur le terrain sont globalement satisfaisantes, selon Eugène Balima coordonnateur national du projet Adaptation Basée sur les Ecosystèmes a l’issue de cette étape de Dédougou. « Notre objectif est largement atteint. Cependant, il y a des difficultés que nous avons recueillies et que nous allons soumettre à nos premières autorités lors d’un atelier ».

Dans le cadre de cette caravane, les responsables du projet EBA FEM ont échangé avec le gouverneur de la région Edgard Sié Sou. La première autorité régionale a félicité EBA FEM pour sa démarche impliquant l’ensemble des acteurs. Ce qui a permis à chacun non seulement de comprendre, mais d’accepter et de s’investir pleinement. Pour lui, les actions menées dans le cadre du projet ont porté fruit. Car, dit-il, « Le projet a permis aux ménages de bénéficier des revenus pour les sortir de cette main tendue éternelle ».

Arnaud Lassina LOUGUE

Correspondant

Fermer le menu
et, risus. vulputate, libero amet, venenatis, accumsan facilisis elit. adipiscing massa