Régulation des communications électroniques : Des hommes de médias à l’école de l’ARCEP

La maison de la culture de Bobo-Dioulasso abrite les 2 et 3 août 2021, un atelier de l’ARCEP sur l’information et la sensibilisation sur la régulation des communications électroniques et des postes au profit d’hommes de médias. La cérémonie d’ouverture s’est tenue le lundi 2 août 2021.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a répondu présent a son rendez-vous annuel. Celui de rencontrer et d’échanger avec les hommes de médias. Cette activité se veut d’être un cadre d’information, de sensibilisation et surtout de partage d’expériences. Cela, du fait de la complexité de la régulation qui n’est pas chose aisée, selon le Secrétaire général de l’ARCEP, Sibiri Jean Michel Ouattara. «C’est à l’ARCEP qu’incombe la triple mission de protection des consommateurs, de la défense des intérêts de l’Etat et de protection des opérateurs de téléphonie mobile contre des décisions inopportunes des gouvernants. Toute chose qui fait qu’à certaines occasions, le régulateur est accusé d’inefficacité, sinon de complaisance», a-t-il affirmé.

Deux jours durant, les participants seront informés des actions entreprises par les acteurs pour assurer la qualité de service qui est la question récurrente et aussi sur les dispositions pour protéger les consommateurs. Ils vont également  bénéficier de neuf communications qui vont sans doute leur permettre de mieux connaître les acteurs des communications électroniques et leurs missions.

Tout domaine d’activité a besoin d’être régi par des textes. Aussi, une des communications de cet atelier portera sur le cadre juridique des télécommunications. «Il y a un certain temps, on ne parlait pas beaucoup des télécommunications. Pourtant, de plus en plus le besoin est énorme. Les attentes sont aussi élevées  et légitimes. Nous allons au cours de cet atelier, évoquer le cadre juridique qui encadre ces secteurs.

Nous allons aussi discuter des obligations et des droits des opérateurs. Nous allons travailler sur les services qui sont attendus par les consommateurs, ceux qui sont fournis par les opérateurs et aussi ceux qui doivent être régulés par l’ARCEP afin de spécifier le rôle de chaque acteur…», a souligné Abdoulaye Mamboné, chargé des affaires juridiques et communicateur.

Les attentes

Considérant que cet atelier est une aubaine et compte tenu de la richesse et de la variété des thèmes qui seront abordés tout au long de ces deux jours, les participants doivent sortir plus outillés que jamais afin de mener à bien leur mission d’information sur les communications électroniques et les postes.

Ainsi les participants doivent s’approprier tous les modules qui vont leur permettre de produire des articles pertinents, contribuant à une meilleure information des citoyens sur les communications électroniques et des postes. Cela va leur permettre au retour dans leurs différents médias, d’exécuter les activités avec plus d’aisance.

Pour l’ARCEP il s’agit donc d’accompagner les professionnels des médias. «Nos attentes particulières, c’est votre accompagnement. Et pour que cela arrive, il faut que vous puissiez comprendre l’écosystème du secteur, les différents acteurs avec leurs rôles, leurs missions afin de mieux servir l’information à destination du public», a confié le Secrétaire général de l’ARCEP à la presse.

Serge Paulin SANOU / Stagiaire

Fermer le menu
Phasellus dolor libero felis sit risus. id massa Curabitur