Rencontres cinématographiques de Sya : Clap de fin pour la deuxième édition

Les rideaux sont tombés sur la deuxième édition des Rencontres Cinématographiques de Sya (RECIS) ce 12 novembre 2023 à la maison de la culture Anselme Titianma Sanon de Bobo. Cinéastes et cinéphiles ont pris part à cette cérémonie de clôture.

Après cinq jours de projections de film et de travaux, les lampions se sont éteints sur la deuxième édition des Rencontres cinématographiques de Sya le 12 novembre. Pour Éric Bayala, président des RECIS, cette deuxième édition a été organisée dans des conditions « très difficiles » parce qu’en pleine organisation, des partenaires se sont retirés et il y a eu des difficultés à avoir certains films de la diaspora, précise-t-il. Le président des RECIS ajoute que la situation socio sécuritaire du pays a fait que plusieurs cinéastes, producteurs et réalisateurs n’ont pas pu faire le déplacement au Burkina.

Mais malgré tout, c’est sur un fond de satisfaction que se referme la deuxième édition des RECIS pour avoir pu la tenir. Cela a été possible, à en croire les propos de Éric Bayala, grâce à une équipe très dynamique et volontaire qui a accepté accompagner les RECIS en plus de certains partenaires comme le Fonds de Développement Culturel et Touristique. Cette cérémonie a servi de cadre à la remise de distinctions aux différents lauréats.

A ce propos, 29 œuvres en tout étaient en compétition dans les catégories longs et courts métrages de fiction africaine, longs et courts métrages documentaire africains, courts métrages fiction de la diaspora, longs et courts métrages documentaire de la diaspora et des clips vidéos d’artistes burkinabè. C’est ainsi que le Silure du meilleur film court métrage a été décerné à Issa Tiendrébéogo du Burkina Faso avec La danse des devins.

Souhoudoun Barry est coréalisateur du film documentaire Verts pâturage qui a remporté le premier prix dans cette catégorie. Il dit que c’est un honneur et une joie quand le travail est récompensé. Cependant, il n’y a pas eu de distinction dans des catégories comme celle du meilleur film long-métrage fiction Afrique. Le jury s’est justifié en disant que « les niveaux techniques et artistiques des œuvres présentées dans cette catégorie n’ont pas satisfait le jury qui a décidé de ne pas accorder de prix ». Ce qui n’a vraiment pas ravi Kolo Daniel Sanou, président du jury. A l’entendre, il y avait plus de productions à l’édition précédente qu’à celle-ci. Il appelle donc les réalisateurs, surtout burkinabè, à bien vouloir participer à ces genres de compétitions. Rendez-vous est pris pour la troisième édition des RECIS prévue du 13 au 17 novembre 2024.

Abdoul-Karim Etienne SANON

Fermer le menu
Aliquam non tristique felis ut Curabitur sem, sed