Routes, caniveaux, énergie solaire, salles de classe, nouveaux taxis… : environ 51 milliards de F.CFA pour changer le visage de Bobo

Dans le cadre du Projet de mobilité et de développement urbain des villes secondaires (PMDUVS), dont le lancement s’est déroulé le samedi 17 février 2024, la ville de Bobo-Dioulasso bénéficiera de près de 51 milliards de F.CFA d’investissements. Ces investissements vont toucher plusieurs secteurs d’activités.

Du secteur des transports, en passant par ceux des infrastructures routières, de l’assainissement à l’éducation et l’énergie solaire, plusieurs domaines d’activités seront impactés par les réalisations dans le cadre du PMDUVS à Bobo. Objectif, faciliter la mobilité des usagers et donner un coup de pouce au développement de la capitale économique du Burkina Faso. Selon Ismaël Sana, directeur en charge des infrastructures routières de la commune de Bobo, ces aménagements vont surtout favoriser le désenclavement de la ville. «Les travaux vont consister entre autres, à l’aménagement des voies bitumées, de canaux d’assainissement, d’infrastructures dans le secteur de l’éducation », explique-t-il. Le renforcement des capacités occupe également une place importante dans le PMDUVS. Mais aux dires de Monsieur Sana, le projet va commencer avec les travaux à effet immédiat avant les projets phares. Il s’agit de la construction et l’équipement de salles de classe dans les écoles à effectifs pléthoriques. Aussi, le projet va investir dans l’éclairage public dans la ville et également au niveau des panneaux de signalisation routière parce que, de l’avis d’Ismaël Sana, la question de la sécurité routière demeure un enjeu crucial à laquelle tous les gouvernements qui se sont succédés tentent d’apporter une réponse.
Au-delà de la mobilité
«Avant ces travaux, des études ont été menées en amont sur l’état de la voirie, les canaux d’assainissement et sur la mobilité urbaine ; tout ceci rentre dans la phase de mise en œuvre des grands travaux qui vont débuter très bientôt à Bobo-Dioulasso », assure le patron des infrastructures routières de la commune. Selon qui l’enveloppe de 51 milliards prend en compte également l’appui aux personnes déplacées internes et la professionnalisation des acteurs du transport, en occurrence les chauffeurs de taxi, en vu de préparer le renouvellement du parc de taxis. « Regardez vous mêmes, le parc automobile est très vétuste et pour le renouveler il faut passer d’abord par la professionnalisation des acteurs, l’acquisition de nouveaux bus et sensibiliser pour emmener les populations à adopter le transport en commun », explique en outre Ismaël Sana.
Le volet environnemental n’est pas non plus en reste dans le PMDUVS. A cet effet, il est prévu l’aménagement d’espaces verts, de trame verte, l’aménagement de jardins botaniques. C’est donc dire que le projet de mobilité urbaine va au-delà de la mobilité pour satisfaire aux besoins des Bobolais. Se référant au schéma directeur de drainage des eaux pluviales de la commune, qui a une tranche prioritaire dans le projet, Monsieur Sana estime qu’elle constitue aujourd’hui le corollaire des populations. C’est d’ailleurs pourquoi la part belle des aménagements sera faite à certaines zones à l’image du secteur 17, Sarfalao, qui manque énormément de canaux d’assainissement. «Aujourd’hui quand il y a une pluie à Sarfalao, l’accessibilité devient très difficile. Donc la majorité des travaux de canaux d’assainissement sont orientés dans ce secteur ; viennent ensuite les secteurs 23 et 21», souligne-t-il, tout en précisant que c’est seulement l’arrondissement 3 qui est moins impacté par ce projet de mobilité.
La voie de contournement
Une autre grande réalisation qui est attendue des Bobolais et qui devrait également voir le jour dans le cadre du PMDUVS, c’est bien la rocade encore appelée voie de contournement de Bobo. Les travaux sont prévus pour démarrer dans la deuxième année du projet. La réalisation est prévue sur environ onze kilomètres et elle va quitter la route de Ouagadougou jusqu’au port sec, tout en traversant les secteurs 25, 26, 27, 18 pour finir au secteur 20, Lafiabougou. Le directeur en charge des infrastructures routières de la commune assure que les études pour l’aménagement de l’infrastructure sont presque bouclées. Pour rappel, le PMDUVS a pour but d’améliorer la mobilité urbaine, favoriser l’accès aux services de base et aux opportunités économiques et à renforcer les capacités de gestion urbaine des villes de Bobo-Dioulasso, de Kaya et de Ouahigouya. Son coût global est de 124 871 254 305 F.CFA. Le délai d’exécution des travaux est de cinq ans (60 mois).

Ousmane TRAORE
Patende Prisca TIENDREBEOGO/ Stagiaire

Fermer le menu
efficitur. dolor. sed ut Phasellus diam Donec