Semaine de l’industriel burkinabè : Le ministre Harouna Kaboré séduit par le travail à Babali et Dafani

La 3ème édition de la Semaine de l’industriel burkinabè (SIB) a eu lieu du 23 au 25 septembre 2020 à Bobo-Dioulasso. A l’occasion, le ministre en charge de l’Industrie, Harouna Kaboré a fait le déplacement à Orodara le 25 septembre pour encourager et féliciter les promoteurs et travailleurs des deux unités industrielles que sont Babali et Dafani.

Une nouvelle chaine automatisée de Babali

C’est l’unité de production d’eau, Babali du groupe Presta Sud qui a eu le privilège d’accueillir en premier le ministre Harouna Kaboré. Avant la visite guidée de l’usine, le ministre a eu droit à un mot de bienvenue du DG de Babali, Mahamoudou Barry. Tout comme le fera plus tard celui de Dafani, Mamadou Coulibaly. Tout en exprimant leur joie ainsi que celle du personnel à recevoir le ministre sur leurs installations respectives, les deux Directeurs généraux ont émis des doléances en vu d’améliorer la compétitivité de leurs unités industrielles. Des doléances qui portent essentiellement sur le bitumage du tronçon Orodara – Bérégadougou (45 km) et sur les taxes sur les emballages. En effet, selon le DG de Dafani, Mamadou Coulibaly, les emballages qu’ils utilisent sont classés au niveau des taxes douanières dans «la catégorie 3. Ces emballage en tant que matières premières, produits intermédiaires pour nous, sont taxés au même titre que les produits finis importés, notamment les jus. Ce qui nous coûte pratiquement 50 % de taxes douanières sur ces emballages». C’est dans ce même sens que le DG de Babali, Mahamoudou Barry, demande la révision du cahier des charges dans le domaine de la production de l’eau. En guise de réponse, le ministre Harouna Kaboré a indiqué que la relecture du cahier des charges relatif aux boissons alcoolisées est quasi-achevée. La révision de celui sur les boissons non-alcoolisées est en cours, et la production d’eau sera prise également en compte. Quant à la taxe douanière sur les emballages, c’est une question qui devrait être traitée au niveau de la CEDEAO, révèle le ministre Kaboré. Malheureusement, la commission chargée de cette question n’a pas encore été mise en place. Mais, le ministre promet qu’une solution locale sera trouvée en attendant. A la fin de sa visite, le ministre se dit émerveillé par le travail fait dans ces deux unités industrielles qui font la fierté du Burkina Faso. Il a surtout salué leurs ambitions de diversification de leurs gammes de produits.

Flash sur les unités visitées

Babali

Juin 2009 : début de la production d’eau

Capacité initiale de production : 3 000 sachets/heure

Capacités actuelles de production :

75 000 sachets de 50 cl/heure

4 000 bidons de 0,5 litre/heure

3 000 bidons de 1,5 litre/heure

800 bidons de 8 litres/heure

5 000 bidons de 10 litres/heure

300 employés permanents et 150 employés journaliers

Comme à Babali, le ministre Harouna Kaboré a marqué sa visite par un message dans le livre d’or

Dafani

Création en 2003

Capitale initial : 300 millions FCFA

Capital actuel : 3 282 milliards FCFA

Produits : purée aseptique de mande, jus et nectars de fruits

Contribution à l’économie :

1,986 milliard FCFA distribués aux producteurs et intermédiaires de 2016 à 2020

2,5 milliards FCFA de salaires

Impôts, droits et taxes : 2 milliards FCFA par an en moyennes au cours des 3 dernières années.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
sem, eget ut commodo risus. dapibus