Son voleur n’était autre que son voisin

Missa avait des années, nié d’être le voleur de Solo, son voisin. Pourtant, il est bel et bien le voleur qui récoltait chaque année, une partie du champ de maïs de Solo. Ce dernier avait fini par comprendre que son voleur n’était quelqu’un d’autre que Missa. Pour le contraindre à l’avouer, Solo s’attache les services du vieux forgeron du village. Maître provocateur de la foudre en cas de vol, le vieux forgeron avait toujours informé le village par le biais du crieur public. Oui, à chaque fois qu’une victime d’un vol quelconque se confiait au forgeron afin qu’il fasse “descendre” la foudre sur un voleur, l’information était publiée. Une façon de donner une seconde chance au voleur. C’est ainsi que Missa a pu échapper à la foudre.
Missa et Solo sont des voisins au plan de l’exploitation agricole. Chaque année, Missa récoltait nuitamment le maïs de Solo. Malgré les plaintes de son voisin de champ, Missa persistait dans sa salle besogne. Solo fera tout, pour le dissuader. Mais Missa s’entêtait. C’est ainsi qu’il a décide de provoquer la foudre, pour qu’elle lui montre son voleur. L’information publiée dans le village un matin très tôt. Missa n’avait que la journée, pour avouer son vol, afin que le vieux forgeron ne provoque la foudre. Toute la journée, Missa n’a pas eu le courage d’avouer son forfait. La nuit tombante, des nuages s’amoncellent de partout dans le ciel. L’air était grave pour Missa. Dos au mûr, il court rencontrer le vieux forgeront pour reconnaitre son vol.
« Papa forgeron, Solo et moi sommes des voisins de champ. Il a une très grande production agricole. Je prélevais juste une petite quantité, afin de pouvoir nourrir les miens. Est-ce qu’on peut me traiter de voleur pour cela ?” Au lieu d’avouer les faits, Missa continuait de tourner en rond. Sans tergiverser, le forgeron dit, “ si tu penses que ton acte n’est pas un vol, alors, retourne chez toi. La foudre désignera d’ici peu le voleur”, lui a répondu le vieux forgeron. Missa n’avait plus d’autre choix que de l’avouer. Depuis ce jour, les avantages dont Missa bénéficiait auprès de Solo son voisin, il a tout perdu. Comme quoi, tous les actes de mauvais caractère qu’on pose, nous retombent dessus tôt ou tard. Missa a non seulement perdu l’estime des autres, mais il a aussi payé des frais de réparation au forgeron, pour arrêter le processus de la foudre. ”La main bienfaitrice ne mérite pas d’être amputée. Sinon tôt ou tard, les conséquences seront partagées”, dit un adage de chez moi. Missa qui pensait faire mal à son voisin, est aujourd’hui dans une situation peu confortable.

Souro DAO/daosouro@yahoo.fr

Fermer le menu
Donec et, Curabitur ut felis ut libero venenatis, suscipit accumsan