Visites de laboratoire et sessions de compte rendus sur les activités de recherche pour une meilleure compréhension de la recherche

Introduction

L’implication des communautés est fondamentale dans les projets de développement, mais encore plus dans le processus de la recherche d’autant plus qu’ils sont les utilisateurs des résultats issus de la recherche. Cependant la détermination des formes d’implications constitue un aspect sur lequel les chercheurs doivent se pencher pour une collaboration réussie. Cela nécessite que les chercheurs expliquent en de termes simples les activités de la recherche, mais co-développent le processus de la recherche. Le présent texte décrit une expérience de communication sur la recherche á travers des visites de laboratoire et des sessions de compte rendus sur les activités de recherche.

Visite des laboratoires de recherche

Les chercheurs sont généralement perçus par les populations comme des personnes très réservées qui travaillent dans des milieux isolés comme les laboratoires ou même dans l’ombre. Cette perception crée une certaine distanciation à l’égard de la recherche. Conscient de cette réalité, les équipes de recherche de l’IRSS, dans la mise en œuvre de leurs activités de recherche ouvrent les portes de leurs laboratoires au public. Ainsi, l’équipe travaillant sur les moustiques génétiquement modifiés a invité les parties prenantes à visiter le laboratoire dans lequel les travaux sont faits sur les moustiques. Les parties prenantes lors de ces visites ont observé comment les laboratoires sont confinés, le matériel de travail utilisé, les mesures de sécurité etc.. Ainsi les visites de laboratoire ont permis aux parties prenantes, de regarder de plus près le moustique, ses différents stades de développement. C’est avec étonnement que beaucoup observent les moustiques au microscope et remarquent les différences morphologiques entre le mâle et la femelle. Comme le dit un membre de la communauté : « Je comprends maintenant pourquoi le moustique mâle ne peut pas piquer alors que la femelle peut piquer ». Les membres de la communauté étaient  fascinés par ce qu’ils apprennent sur ce « petit animal » qui a des organes de reproduction, qui pond des œufs aussi minuscules soient ils etc. Ces visites permettent aux communautés de comprendre les activités de recherche en observant les chercheurs à la tâche.

Les sessions de comptes rendus sur les activités de recherche: un devoir de redevabilité pour les chercheurs.

A la différence des visites d’installations de recherche où ce sont les populations qui rejoignent les chercheurs dans leur milieu de recherche, les feedbacks constituent d’autres cadres d’échanges ou les équipes de recherche vont vers les communautés pour rendre compte de leurs activités. Si les équipes de recherche travaillent à établir un climat de confiance entre elles et les populations, la transparence dans cette collaboration est d’une importance capitale. C’est à cet effet que les chercheurs communiquent sur les avancées des travaux de la recherche en faisant des comptes rendus sur le processus de recherche, leurs résultats et perspectives.

Ces rencontres permettent généralement aux populations de suivre de près l’évolution de la recherche, de savoir que leur implication dans les activités est réelle. C’est aussi des moments de partages d’expériences mutuelles qui permettent de conduire la recherche dans un climat de confiance, de transparence et de co-developpement. Aux chercheurs, ces cadres d’échanges leur permettent de s’assurer s’ils sont sur la bonne voie dans la conduite de la recherche.

Conclusion

L’implication des populations à la base dans la conduite des activités de recherche revêt toute son importance. Par contre, il est nécessaire de réfléchir aux formes appropriées de cette implication. Des activités comme les visites de laboratoires et des sessions de comptes rendus pourraient être des pistes de réflexion intéressantes.

 

Dr Léa PARE, Chercheur en Sciences sociales

Institut de Recherche en Sciences de la Santé

Bibliographie

Adeline Bierry, Sandra Lavorel, 2016, Implication des parties prenantes d’un projet de territoire dans l’élaboration d’une recherche à visée opérationnelle, Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Sciences Eaux & Territoires n° 21, pages 18 à 23, https://www.cairn.info/revue-sciences-eaux-et-territoires-2016-4-page-18.htm

Laurent Viel, Gonzalo Lizarralde, Fella Amina Maherzi et Isabelle Thomas-Maret, 2012 « L’influence des parties prenantes dans les grands projets urbains », Cybergeo : European Journal of Geography., http://journals.openedition.org/cybergeo/25310

Fermer le menu
ut mattis ultricies mi, facilisis commodo Donec id, ut elit. leo. venenatis,