Championnat national de D1 : Les clubs dissidents expliquent leur requête

Les 8 clubs de première division signataires de la requête pour la révision du règlement du championnat national et de la tenue des promesses de campagne du président de la FBF Lazare Banssé étaient face à la presse ce lundi 21 septembre 2020. Objectif, expliquer les biens fondés de leur requête.

Les clubs dissidents sont unanimes, il faut revoir le règlement du championnat national de cette saison

La première journée du championnat national de football de première division a vu seulement trois matchs se disputer sur les neuf au programme. En effet,  certains clubs (l’ASFB, l’EFO, l’ASFA-Y, KOZAF, SALITAS, RAHIMO FC, MAJESTIC et Léopards Saint Camille) ont refusé d’y prendre part parce qu’ils n’ont pas eu de réponse à leur requête introduit auprès du président de la FBF. Ils ont fait bloc commun autour de quatre points de revendication. La communication du montant de l’assurance au préalable et la délivrance d’une copie de la police d’assurance. Sur ce point le président de Majestic SC, Adama Ouédraogo souligne que depuis 2018, la FBF à travers une circulaire informe les clubs d’une retenue à la source de la subvention pour l’assurance. Mais cette police d’assurance n’a jamais été versée et les clubs ne savent pas les sinistres que cette assurance couvre. Le second point de leur requête porte sur l’octroi comme promis de 30millions FCFA de subvention aux clubs au lieu de 15millions FCFA. Pour le colonel Yacouba Ouédraogo de Salitas cette requête ne profite pas seulement aux clubs dissidents mais à l’ensemble des clubs de D1. Et Boukary Sawadogo PCA de l’EFO, d’ajouter que les 30 millions ont été promis par le président de la FBF Lazare Banssé lors de la campagne et par conséquent la promesse doit être tenue. La troisième requête concerne le retrait de la sanction sur les clubs qui ne porteraient pas des maillots avec les logos du sponsor de la FBF. Pour le secrétaire général de Rahimo FC, c’est une question holistique car les clubs ont besoin de plus de ressource. Il explique que souvent ce que leur sponsor leur donne est plus que ce qu’ils reçoivent de la FBF. Les clubs qui ne porteraient pas les logos du sponsor s’exposent à des sanctions financière  et au retrait de 1 point à chaque match. Sur ce, les clubs dissidents demandent à la FBF de laisser les clubs floqués leur sponsor sur leur maillot. La quatrième requête des clubs dissidents porte sur la fixation à 25 mille FCFA au lieu de 50mille FCFA le montant à payer pour les réclamations. Adama Tiemtoré le président des Léopards de Saint Camille, s’est aussi expliqué sur leur cas, puis ce qu’ils ont pris part au match d’ouverture. Selon lui, c’est pour la cause nationale que son club a joué, mais la prochaine journée, du reste tant qu’il n’y a pas de solution favorable aux requêtes qui ont été posées, ils ne joueront pas. Boukary Sawadogo PCA de l’EFO a tenu à faire des précisions par rapport au règlement du championnat. En effet dira-t-il le règlement du championnat national n’a jamais été discuté en AG. C’est la ligue professionnelle de football qui fait des drafts pour amendements. Et ce présent règlement a été signé le 21 août 2020 par le président de la FBF sortant. « On ne peut pas fixer les règles unilatérales et dire aux gens de jouer », dixit t- il. Une réunion est prévue ce mardi 22 septembre 2020 entre le président de la FBF et les clubs dissidents pour une sortie rapide de crise.

« Moi instigateur de la fronde ?»

La conférence de presse des clubs dissidents du Fasofoot, a été l’occasion pour Amado Traoré, PCA de Majestic SC de réagir suite aux propos tenus par le président de la FBF l’accusant d’être l’instigateur de la fronde.

 

« De mon point de vue, le président de la FBF Lazare Banssé, a intervenu mais ce qu’il a dit, je sais que ce n’est pas ce qu’il pense. C’est sous l’effet de la colère et la déception. Il a été PCA de l’EFO, donc il connait comment ça fonctionne dans les clubs. Il sait très bien que les clubs comme l’ASFB, l’ASFA-Y et autres sont des clubs bien organisés. Et que ce n’est pas Amado Traoré qui peut dire à ces clubs de ne pas défendre leurs intérêts. Derrière Lazare Banssé, il y a des gens engloutinés qui pensent qu’on peut intimider les gens afin qu’ils ne défendent pas leurs propres intérêts. Lazare Banssé doit comprendre que ces personnes là sont dépassées et ne peuvent pas l’aider à gouverner le football. J’avais décidé de ne plus intervenir et de rester en dehors de tout ça, pour laisser le travail se faire par la nouvelle équipe».

Firmin OUATTARA

Fermer le menu
eget ipsum diam efficitur. sem, luctus sit velit, eleifend