Gestion de la période de pointe : La SONABEL assure qu’il n’y aura pas de délestage

La Société nationale d’électricité du Burkina Faso (SONABEL) a initié une session de formation au profit des journalistes les 20 et 21 mars 2023 à Koudougou. L’objectif était d’échanger avec les hommes de médias sur la période de pointe 2023. 

Dans le cadre de sa campagne de communication sur la pointe, période généralement marquée par une importante hausse de la demande d’électricité, la nationale de l’électricité du Burkina Faso s’est entretenue avec les hommes et les femmes de médias. Il était question de les familiariser avec les termes techniques.

En effet pour le secrétaire général de la SONABEL Ouokana Ganou, la période de pointe 2023 sera bien géré avec moins de coupures que les années antérieures et surtout il n’y a pas de délestage annoncé. Par ailleurs, « pour cette période de forte demande, le réseau national interconnecté est celui du Burkina Faso- Côte d’Ivoire et Burkina Faso- Ghana », souligne le directeur des transports et des mouvements d’énergie Aristide Ouédraogo. Et le directeur commercial et clientèle Abdoulaye Sawadogo de préciser que la SONABEL comptait environ 983.289 d’abonnés en fin 2022 soit une augmentation de 10% par rapport à l’année 2021 et 2171 GWH d’énergie vendue en 2022 avec une augmentation de 6% par rapport à 2021.

Cependant, pour optimiser sa facture d’électricité, la société à capitaux publics préconise une économie d’énergie en l’utilisant que quand cela est important. Aussi, prioriser autant que possible sa consommation dans les plages horaires pleines au détriment des plages d’heures de pointes. En perspective, la SONABEL entend atteindre 60% du taux d’électrification d’ici 2025 et l’un de ses grands projets est la mise en place de centrale solaire pour assurer une fourniture de courant efficiente et à moindre coût aux populations burkinabè. Toutefois, le chef du département sécurité de la SONABEL Larba Dipama n’a pas manqué de sensibiliser les journalistes sur les mesures préventives dans la gestion des risques électroniques.  En 2021, la structure a enregistré 14 électrisations dont 9 décès et en 2023, 3 accidents ont déjà été signalés avec 1 décès.

Awa Cécile BANGARE

Fermer le menu
et, sem, consectetur tristique Donec libero. ultricies leo. Phasellus ut