Marché de volailles de Diaradougou : ballet de livraisons en attendant la fête

A l’orée de la fête de Ramadan, une équipe de L’Express du Faso s’est rendue au marché de volailles situé au quartier Diaradougou de Bobo- Dioulasso, à un jet de pierre de l’hippodrome, pour prendre le pouls des préparatifs de cette fête en ce lieu. C’était le lundi 10 mai 2021. Le constat : une faible affluence des clients. Des vendeurs de volailles ont donné des raisons qui justifient cela.

Notre montre affichait 10h, quand nous arrivons au marché de volailles à Diaradougou. Nous arpentions aisément les allées, presque les seuls dans ce marché, hormis les vendeurs de volailles. A cause de l’ambiance qui y règne, l’on se demande si les gallinacés seraient au rendez-vous dans les assiettes à la fête de Ramadan 2021.

La morosité actuelle du marché s’explique, à en croire Arsène Bazié, vendeur de volailles. « Il y aura plus de vente à partir de ce soir ou demain », a-t-il soutenu. Des propos corroborés par Moussa Goro, un autre vendeur de volailles. Cependant, ce dernier affirme avoir déjà enregistré les premières commandes de poulets pour la fête.

Comme lui, durant notre passage, la plupart des vendeurs recevaient de la volaille, venue de différentes fermes des environs, et destinée à la vente. Chacun s’attèle de son côté pour satisfaire sa clientèle.

Seydou Keïta, président des vendeurs de volailles de Bobo

Le ballet des livraisons pourrait continuer jusqu’au matin du jour de la fête de Ramadan, selon Seydou Keïta, président des vendeurs de volailles de Bobo- Dioulasso. Pour lui, c’est un minimum pour un commerçant de rendre disponible le produit qu’il vend. Il affirme qu’au moment où nous étions sur les lieux, des collecteurs étaient toujours dans les villages dans le but de ramener le maximum de volailles à commercialiser. L’objectif est que tous les clients puissent trouver leurs préférences, qu’il s’agisse de poulets locaux, de poules pondeuses, de poules de chaire, de coquelets et de pintades entre autres.

Abdoul Etienne SANON

Casimir KAVEGUE

Fermer le menu
ante. fringilla eget Phasellus venenatis commodo