BPN du CDP : «…il n’y a pas de raison que les frondeurs ne reviennent pas», Eddie Komboïgo

02/09/2019
00:00

LeBureau politique national (BPN) du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a tenu hier dimanche 1er septembre 2019 au stade du 4-Août de Ouagadougou sa 65ème session. Présidée par le président du parti, Eddie Komboïgo, cette session portait essentiellement sur la vie du parti.

La validation de tous les actes pris par le Bureau politique national (BPN)après le 7ème Congrès de 2018 ; la question de la tenue de congrès extraordinaire, les orientations à donner au Bureau exécutif national (BEN) pour l'élaboration de la directive portant désignation du candidat du Parti à la présidentielle de 2020 ; la communication du Haut-conseil sur la discipline au sein du Parti ; tels sont entre autres, les points soulevés par le Bureau politique national (BPN) de cette 65èmesession du parti. Selon le président par intérim du parti, Eddie Komboïgo, ces travaux doivent se faire en transcendant tous les intérêts égoïstes, et en respectant les statuts et règlements intérieurs du parti. De son avis, un parti ne fonctionne pas dans des instances judiciaires. Pour ce faire, il a appelé toutes les sensibilités au sein de son parti à revenir à de meilleurs sentiments pour faire front commun pour la reconquête du pouvoir aux échéances électorales de 2020. S’agissant de la crise récente et du retour des frondeurs dans les instances du parti, Eddie Komboïgo a indiqué: «même tous ceux qui étaient sortis et étaient au MPP sont en train de revenir, il n’y a pas de raison que les derniers frondeurs ne reviennent pas», puis de confier: «Rassurez-vous, vous allez connaître le CDP d’ici décembre. Il sera plus grand que ce que vous croyez car tous les partis vont se casser et revenir au CDP, j’en ai la conviction…». Il faut le dire, cette session a connu la participation de plusieurs figures emblématiques de la politique burkinabè parmi lesquelles, les anciens Présidents de l’Assemblée nationale, Mélégué Maurice Traoréet le Dr Arsène Bongnessan Yé; l’ancien Premier ministre Paramanga Ernest Yonli; etl’ancien maire de la commune de Bobo-Dioulasso, El hadj Salia Sanou.

Aïcha TRAORE



74
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ces affaires qui n’arrangent pas le président Roch Kaboré

C'est aujourd'hui mercredi 26 février qu'une quarantaine d'organisations syndicales va se réunir à partir de 15 heures pour définir la conduite à tenir f...

26/02/2020

Application de l’IUTS, c’est plutôt une question d’opportunité

L'application de l'Impôt unique sur les traitements et salaires des agents du public va continuer de rythmer le climat social au Faso. Jusqu'à ce que... ...

25/02/2020

Les Bobolais veulent leur hôpital «chinois»

Après le rétablissement de la relation diplomatique, en mai 2018, le Burkina Faso et la République populaire de Chine œuvrent de façon inlassable pour le...

21/02/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:37:02