Groupe parlementaire Burkindlim : Des recommandations pour renforcer la démocratie et la cohésion sociale

30/09/2019
00:00

Les 27 et 28 septembre 2019, le groupe parlementaire Burkindlim a tenu ses deuxièmes journées parlementaires de l’année à Bobo-Dioulasso. A l’issue des 48 heures de réflexions et d’échanges, les participants ont fait trois recommandations pour contribuer à la consolidation de la démocratie et la cohésion sociale.

«Démocratie, dialogue politique et cohésion sociale, dans le contexte des échéances électorales à venir». C’est le thème autour duquel, les participants des huit partis membres du groupe parlementaire Burkindlim ont été outillés. A l’issue de ces journées parlementaires, le groupe Burkindlim, a sa vision pour le renforcement de la démocratie et la cohésion sociale au Burkina Faso. Emmanuel Lankoandé, président du groupe traduit cette vision en ces lignes. En effet, pour lui, «Le défi de l’organisation des élections de 2020 dans notre pays, est une exigence de la démocratie. Cette exigence de la démocratie impose d’être solidaires en faisant barrage à la radicalisation violente et au terrorisme qui, on le sait, métastase là où se développent les divisions, les guerres de clocher, les dérives verbales, la quête effrénée du pouvoir…». S’inscrivant dans cette logique, les participants ont fait trois recommandations. Il s’agit d’abord, d’une invite faite au gouvernement de tout mettre en œuvre pour la tenue des élections à bonne date. Ensuite, la recommandation pour l’instauration d’un cadre de dialogue social et permanent. Enfin, les participants ont fait la recommandation pour l’organisation des journées de dialogue social et politique au plan déconcentré sur l’ensemble du territoire national le plus rapidement possible. Les groupes parlementaires, Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), Union pour le Changement (UPC), Paix, Justice et Réconciliation Nationale (PJRN) et le Renouveau Démocratique (RD) étaient présents à l’ouverture des travaux. Ils ont tous félicité le groupe Burkindlim, sans oublier de traduire leur préoccupation face à l’insécurité qui frappe le pays. Stanislas Sankara, 1er vice-président de l’Assemblée nationale, une représentante du président de la dite institution et des ministres étaient également à l’ouverture des journées. Le comité d’organisation avec à sa tête le député Michel Badiara a été félicité par le président du groupe parlementaire pour la réussite de l’organisation.

Souro DAO



17
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ils ont définitivement tué et enterré Thomas Sankara

Quand on observe de près les manifestations qui sont organisées pour commémorer les dates anniversaires de Thomas Sankara, ancien président du Burkina ...

16/10/2019

Etat-Secteur privé, et pourtant ça bouge !

A écouter les discours prononcés à la cérémonie d'ouverture de la rencontre Etat-secteur privé, rebaptisée Cadre de concertation et de dialogue Etat/Se...

15/10/2019

Blaise Compaoré crée plus de problèmes à son parti

Blaise Compaoré tout simplement n'a pas résolu la crise qui oppose Eddie Komboïgo et la direction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et...

14/10/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:20:11