Festival Bolo’arts 2019 : Soirée de clôture avec des lions sur scène

06/01/2020
00:00

L’édition 2019 du festival des arts de Bolomakoté (Bolo’Arts), c’est fini depuis le vendredi 30 décembre dernier ! De «faux lions» ainsi nommés venus du Sénégal ont animé la soirée de clôture au grand plaisir d’un public diversifié qui a applaudi les danseurs.

C’est un spectacle déjà rodé avec une carrière internationale que les promoteurs de Bolo’arts ont offert à leur public au quartier Bolomakoté en guise d’apothéose de la présente édition du festival. Un public de quartier et de festivaliers a activement participé à la clôture de l’édition de cette année de ce festival qui se veut être diversifié: danses, formations, défilés de modes, sports, etc. Au centre de la scène de ce soir, ce qu’on croirait un autel sacrificiel ou un feu de scène. Mais dans la bassine posée là, ce n’est que de l’eau. Partie intégrante d’un rituel entrant dans la préparation de ce saisissant spectacle de danse animalière puisé dans la tradition africaine du riche patrimoine culturel sénégalais, nous apprend le directeur de l’association responsable du spectacle, principale invitée de Bolo’arts 2019. Une association œuvrant pour la culture au service du développement au Sénégal et en Afrique. Pour cette soirée, que de danses de ces hommes lions! Mais dans sa version intégrale, le spectacle comporte quelques tours de magie à l’africaine, avec des «avalements de morceau de feu réellement allumé au vue de tous». Cela entre dans la vision d’ensemble de Bobo’arts qui est de valoriser le potentiel artistique et culturel africain en misant sur la transmission des richesses culturelles africaines aux futures générations à travers la formation. Président-Fondateur de l’Association des artistes de Bolomakoté, Dramane Ouattara est le directeur artistique du festival Bolo’arts. Il entend accorder une importance particulière aux arts et danses traditionnelles, un patrimoine légué par les anciens et qu’il faut préserver. «Notre rôle est de les promouvoir et transmettre aux plus jeunes afin que cela puisse continuer davantage. C’est en fonction de cela que nous organisons des ateliers de formation avec des enfants». Chaque année, un bilan est fait en ce sens, affirme-t-il, pour de nouvelles idées permettant d’avancer. Bolo’arts s’ouvre à toutes les cultures africaines et s’organise chaque année en fin décembre. La prochaine édition devrait voir la participation de plusieurs pays africains en plus du Burkina, tous rassemblés autour d’un intérêt commun en faveur des richesses culturelles traditionnelles.

Sibiri SANOU



16
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

L’incivisme est frère jumeau de la corruption

La gangrène est bien plus profonde, étendue et grave qu'il n'y paraît. Et même si le maire de Bobo-Dioulasso s'énerve contre sa police administrative e...

29/01/2020

«Ma part de vérité», Jean-Baptiste devrait-il se taire ?

Un homme politique bien averti m'avait prévenu que pour savoir que Thomas Sankara est «vénéré», et même «sacralisé», il fallait se rendre en dehors du ...

28/01/2020

Ainsi les week-ends seront politiques jusqu’à ce que...

En attendant que la date des élections couplées (présidentielle et législatives) soient fixées et que celle de la campagne le soit, les états-majors de...

27/01/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:00:35