Plaintes sur le foncier: Mieux informer vos réclamations citoyennes dans la courtoisie (fin)

20/03/2020
00:00

Le maire de l’Arrondissement 7 nous a reçu récemment dans son bureau sis au siège du Conseil régional des Hauts-Bassins. Nous étions en quête d’informations précises sur des cas de plaintes et de dénonciations d’occupations illégales et anarchiques d’espaces apparemment destinées à usage public: «Ils sont en train de faire des terrassements d’arbres et des aménagements pour occuper ce terrain…». Sur place, une dame nous sert une version différente: le propriétaire des lieux se livre à des aménagements pour des constructions supplémentaires à ce qui existe déjà et que vous voyez là-bas. Le maire nous informera davantage: «non il ne s’agit pas d’une occupation illégale et ce n’est pas un particulier, mais une agence immobilière qui travaille sur le chantier et je n’ai pas connaissance qu’ils travaillent dans l’illégalité». Nous apprendrons également davantage sur des plaintes antérieures de personnes tierces se présentant comme victime d’une attribution injuste de parcelle… (Propos retranscrits de mémoire). «Celui-là par exemple est venu nous voir et nous lui avons fait comprendre que la mairie n’est pas obligée à lui céder un terrain du simple fait qu’il l’a demandé, puisqu’il y a d’autres dossiers de demande qui sont examinés en même temps que le sien. En plus, il se trompe de terrain, parce que ce qu’il indexe est différent de l’espace attribué. Il s’agit de deux espaces différents… Je peux comprendre qu’il se plaigne qu’une certaine activité ne soit pas appropriée en ce lieu, libre à lui de déposer une plainte en ce sens où de droit, car nous aurions souhaité nous aussi que tout soit rose sur ce point, mais ce n’est pas encore le cas… Nous lui avons fait des suggestions de solutions dans cette affaire et l’avons orienté dans tel et tel sens…». Ce n’est qu’un cas parmi d’autres et le maire nous explique les difficultés liées à la gestion des litiges du foncier. «Vous trouverez peut-être matière à un article en examinant le cas de ce grand trou où des enfants ont perdu la vie, et certains habitants continuaient de faire fi des recommandations sécuritaires jusqu’à ce que la police intervienne pour y mettre de l’ordre». Tous les arrondissements de Bobo-Dioulasso sont plus ou moins concernés par la question depuis de nombreuses années comme c’est du reste le cas dans d’autres régions du Burkina. Il faudra des heures pour éplucher certains dossiers impliquant plusieurs protagonistes dans des litiges liés au foncier rural et urbain. Un cas a fait objet d’expertises de personnes compétentes, sans que cela ne résolve entièrement le problème, par exemple à Logofourousso plus ou moins récemment. La question se pose le plus souvent en termes d’appartenances (les premiers occupants, les occupants légaux, le côté coutumier, les vrais propriétaires, etc) et de répartition des indemnités de dédommagements ou des fruits de la vente des terres le cas échéant. De l’étude qui entend traiter la question en profondeur, il se dégagent des constats édifiants sur la dangerosité d’un traitement superficiel de ces dossiers et des conclusions dont certains passages font froid dans le dos: «Il est évident qu’il y a eu déficit de communications des différents acteurs et à tous les niveaux… Et les terres étant des terres ancestrales donc familiales, la dispute se termine toujours par «morts d’hommes» si les bonnes décisions ne sont pas prises à temps. …La raison doit l’emporter sur la passion… On pourrait peut-être considérer la décision de la majorité au sein des familles et du village. En ce moment, la minorité bien que son point de vue soit pertinent s’alignerait par principe de démocratie…». Autant dire que les maires ont toujours du pain sur la planche, tant qu’il y aura des terres vendables et des acquéreurs, Etat burkinabè compris.

Sibiri SANOU

10
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Covid-19: ces cobayes dont on parle peu

A l'apparition de la maladie à Coronavirus en décembre 2019 en République populaire de Chine, c'est à peine si certains ne s'en réjouissaient pas. Mais, ...

24/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:54:33