Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Chauffeurs routiers, c’est encore eux qui chauffent le coin !

04/04/2019
00:00

Les chauffeurs routiers sont en grève illimitée depuis hier mercredi 3 avril 2019. Pour cela, ils bloquent les principaux axes routiers du pays. Paralysant du coup le trafic interurbain et l’approvisionnement du pays en produits de tous genres. Comme revendication principale, ils exigent la démission du président de l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF). Faute de quoi, ils ne reprendront pas le travail. On se rappelle que la demande de démission de ce même président par les mêmes chauffeurs routiers avait occasionné une grève des mêmes chauffeurs en 2018. Les Burkinabé, qui n’en pouvaient plus, avaient crié leur ras-le-bol. Car, on a du mal à comprendre qu’à cause d’une seule personne, d’autres décident de façon anarchique, d’asphyxier tout un pays. Le gouvernement avait joué à la médiation et une issue avait été trouvée à cette crise; permettant la reprise du trafic routier et l’approvisionnement du pays.

Cette fois-ci, on a encore envie de crier plus fort le ras-le-bol. Surtout quand on entend dire qu’il n’y a aucun problème au sein des transporteurs routiers et que l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB), qui conduit cette énième mouvement d’humeur n’est pas membre de la faitière qui se met en place. De quel droit alors, cette Union peut-elle demander la démission d’un président qu’elle n’a ni désigné ni élu? Les chauffeurs sont les employés des transporteurs. Un employé peut-il demander la démission de son patron? A moins qu’il y ait des transporteurs tapis dans l’ombre et qui en tirent les ficelles. Si tel est le cas, on voudrait bien que ces derniers règlent leurs problèmes entre eux. Les Burkinabé souffrent assez pour continuer de subir les phobies de quelques individus qui ne prennent en compte que leurs propres intérêts.

Il revient urgemment aux transporteurs de trouver une solution à cette crise que personne ne peut cautionner. Il est de leur responsabilité de ramener à la raison leurs employés qui veulent maintenant leur dicter leurs lois. On a l’impression que c’est le monde à l’envers, dans un Burkina Faso où chacun se lève, du jour au lendemain, et décrète sa grève, limitée ou illimité (c’est selon ses humeurs) et exige que ses revendications soient satisfaites tout de suite et maintenant.

Les terroristes ne nous épargnent pas; et voici que de surcroît, nous nous entre-tuons, pour des raisons souvent difficilement explicables. Au lieu donc de travailler à sauver ce qui peut encore l’être pour stabiliser le pays, c’est avec des «mouvements d’humeurs» qu’on pense trouver des solutions. Il semble que c’est parce que les transporteurs se sont laissés faire plus d’une fois que les chauffeurs veulent gérer à leurs places et profits, l’ensemble du secteur des transports au Burkina. Ce qui est assez grave. Du reste, le secteur des transports est l’objet d’un si grand intérêt économique que le gouvernement ne doit pas le laisser aux mains de quelques individus qui ne voient que leurs seuls intérêts. Trop c’est trop!

Daboué Audrianne KANI



39
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi ils disqualifient Kadré Désiré Ouédraogo, leur champion !

Ils pensent avoir bien fait en allant perturber par la violence physique la rencontre des Secrétaires généraux provinciaux de leur parti, le Congrès po...

25/06/2019

Nouveau Code pénal : un véritable recul démocratique

«Est puni d'une peine d'emprisonnement d'un an à cinq ans et d'une amende d'un million à dix millions de franc CFA, quiconque publie ou relaie en direc...

24/06/2019

Chine-Burkina : ça bouge, pourvu que ça dure !

Depuis la reprise des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine, on peut dire que les choses bougent. Dans beau...

21/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:44:37