Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Mines et carrières : Des casernes militaires de proximité pour assurer la sécurité

07/05/2019
00:00

Par devoir de redevabilité, du fait que le ministère des mines et des carrières est secteur émergent et à cause de l’actualité nationale brûlante sur le charbon et certaines mines, le ministre des mines et des carrières Oumarou Idani a animé une conférence de presse le Vendredi 03 mai 2019. Occasion a été donnée au premier responsable de ce département de faire le point des réformes et des perspectives porteuses de performances et d’espérance aux hommes de médias.

 

A la tête du département des mines et des carrières depuis le 20 février 2017, le ministre Oumarou Idani a permis la matérialisation de plusieurs initiatives porteuses de performances et d’espérances. Le ministère s’est aussi doté d’une stratégie des mines et des carrières en vue de développer un secteur minier compétitif à forte valeur ajoutée, et créateurs d’emplois décents. Sur le plan des réformes législatives et réglementaires, des textes pris ont rendu plus attractif le secteur minier. Ainsi 16 décrets et 18 arrêtés ont été adoptés pour permettre l’application du code minier et deux nouvelles lois adoptées respectivement en 2017 et 2018. Les réformes institutionnelles ont permis de mettre en place un fonds minier de développement local qui connaît un niveau d’opérationnalisation très avancé. En effet, à la date du 28 mars 2019, les sociétés minières ont procédé au décaissement effectif de 1819813956 FCFA et l’état Burkinabè, à une contribution de 2 milliards FCFA. Sur cette question, les hommes de médias ont beaucoup insisté car les autorités locales des zones ministères ont animé une conférence de presse pour notifier que les mines apporteraient peu de contributions à leurs efforts de développement. Selon le ministre Oumarou Idani, les sociétés minières demandent de déduire ce qu’ils doivent de ce qu’ils ont investi dans le fonds développement local. En 2018, le secteur des mines contribuait au PIF à hauteur de 10,6%. Parlant du dispositif de gestion du fonds il est, de l’avis du ministre, «opérationnel au niveau national et même local». Dans les jours à venir, il sera procédé, conformément à la réglementation, à une répartition du fonds et au versement des montants dus aux communes; déjà invitées à disposer de comptes spéciaux fonds miniers de développement local. Il faut noter que le fonds de réhabilitation et de fermeture des mines industrielles est alimenté par les mines à hauteur de 34880000 000 FCFA et le fonds dédié à la formation et à la recherche dans les sciences de la terre à 9518175639 FCFA. Le ministre reconnaîtra que les réformes conduites sont porteuses de performances. La production d’or et de zinc a considérablement augmenté. 32 tonnes en 2014, 32,5 en 2015, 38,5 tonnes en 2016, 45,6 tonnes en 2017, 52,622 tonnes en 2018, pour l’or. Le Burkina Faso ambitionne atteindre la barre des 60 tonnes cette année. Pour ce qui est du zinc pour l’année 2018, elle s’établit à 165000 tonnes et connaît une légère progression de 0,5% par rapport à 2017. La contribution du secteur à la formation des équilibres macro-économiques est importante. 266 milliards FCFA de contribution aux recettes budgétaires, 1540 milliards FCFA de recettes d’exportation, soit une contribution de 11,4%au PIB. Les retombées sociales du secteur des mines et des carrières sont perceptibles avec 9200 emplois directs et 26100 emplois indirects en 2018 dans le sous-secteur industriel. Quant au sous-secteur artisanal, il est une source principale de revenus pour 1500000 personnes, avec une production annuelle d’environ 10 tonnes. Pour la sécurisation des sites miniers en exploitation, indiquera le ministre Oumarou Idani, «nous avons moins de difficultés. Nous avons demandé aux différentes compagnies de faire comme certains l’ont déjà fait en construisant des casernes et l’état va les aider avec un contingent militaire pour la sécurisation de leurs sites respectifs».

Firmin OUATTARA

31
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:25:50